Délinquance : 138 actions pour convaincre

Délinquance : 138 actions pour convaincre



Aujourd’hui, le Gouvernement de Nouvelle-Calédonie dévoile son plan Plan territorial de sécurité et de prévention de la délinquance, qui se décline en quatre programmes et 138 actions. Un plan coordonné avec tous les acteurs institutionnels du pays.

La coordination comme meilleure arme contre la délinquance. « Sur demande du Congrès, le Gouvernement de Nouvelle-Calédonie a élaboré un plan auto-évalué de coordination de lutte contre la délinquance à l’échelle du pays, qui devrait se décliner sur cinq ans. », explique le président Philippe Germain. Si ce plan s’appuie en grande partie sur des politiques existantes, son intérêt réside dans le fait que toutes ses actions, 138 au total, seront coordonnées au sein d’une même feuille de route. « Il faut inverser le regard qu’ont les Calédoniens sur les conduites addictives et sur la délinquance », poursuit Philippe Germain.

Pour cela, le Plan territorial de sécurité et de prévention de la délinquance, c’est son nom, propose tout d’abord de mieux coordonner l’action des différents acteurs au travers d’une gouvernance structurée. Deuxième programme, le plan œuvre au travers d’une stratégie pays à mobiliser le corps social calédonien et à réduire la trop grande tolérance dont il fait preuve à l’égard des comportements à risques. Troisième point, il met en place une politique publique destinée à lutter plus efficacement et de manière déterminée contre les violences et toutes les formes d’addiction. Enfin, et cela concerne la moitié du plan, il accompagne la jeunesse et l’aide à retrouver des perspectives.

« L’enjeu dépasse les positionnements politiques, économiques et sociaux des uns et des autres. Il s’agit là de permettre à la société calédonienne de retrouver les valeurs humanistes que nous ont inculquées les générations précédentes : le respect, la solidarité, la considération, la tolérance. »

Le détail des 138 actions doit être connu d’ici peu. Avec le concours de l’Université de Nouvelle-Calédonie, et éventuellement celui du professeur américain Harvey Milkman, une étude sociologique devrait être mise en œuvre dès le premier trimestre afin d’appréhender au mieux les attentes de la jeunesse calédonienne.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.

1 commentaire(s)

des plus récents
Meilleur des plus récents des plus anciens
1

Convaincre (c'est de la com) ou vaincre ?