“Il faut aider les commerces à se sécuriser”

“Il faut aider les commerces à se sécuriser”



Le président de la province Sud, Philippe Michel, présentait ce matin le dispositif d’aides exceptionnelles à la sécurisation des commerces. Annoncé en mars lors d’un comité provincial de la délinquance, cette subvention d’aide à l’équipement vient compléter le crédit d’impôt annoncé hier par le gouvernement et, plus largement, s’inscrit dans la plan de sécurité et de prévention de la délinquance à l’échelle de la Nouvelle-Calédonie. 

Pourquoi ce dispositif aujourd’hui et maintenant ?

Philippe Michel : Tout d’abord parce que nous avons assisté à une recrudescence très significative des cambriolages de locaux commerciaux, associatifs (+ 37,5 % par rapport à 2016), notamment dans le Grand Nouméa, alors que dans la même période on constatait une baisse des cambriolages de domiciles de 4,6%. En clair, les particuliers sont de plus en plus vigilants, s’équipent, donc les cambrioleurs se tournent vers des lieux moins bien protégés. Tout cela a trouvé son paroxysme en janvier et février 2018 avec 77 faits de cambriolages de commerces déjà enregistrés dont 72 rien qu’à Nouméa. Tout le monde a vu les images parfois spectaculaires de ces cambriolages !

Comment expliquez-vous ce phénomène ?

P.M : Depuis début 2018, on enregistre 20 déclarations de cambriolages hors habitation dont 11 de commerces en relation avec la vente d’alcool et/ou de tabac. La cible a véritablement été l’alcool. Tout cela mais en évidence des insuffisances dans la protection de ces petits commerces comme nous l’expliquent les référents sécurité de la police et de la gendarmerie. Beaucoup ont des dispositifs de protection, mais mal installés, pas au bons endroits, défectueux… Jusqu’à présent nous vivions dans une société relativement protégée de ces méfaits par rapport à la métropole, mais ce n’est plus le cas, donc il faut une période d’adaptation et aider les professionnels à se protéger. Fait significatif, l’absence de dispositif de casse à la voiture-bélier. En métropole ils sont tous protégés. Dès le mois de mars, avec le président du gouvernement, nous avons donc annoncé travailler ensemble à un dispositif d’aides qui se complètent.

Expliquez-vous comment cela fonctionne ?

P.M : Le gouvernement a présenté hier son projet de loi de pays de crédit d’impôt pour les commerces qui s’équipent d’un dispositif de sécurisation. Nous présentons aujourd’hui le dispositif de subventions provinciales à l’investissement. Les deux se complètent. Le dispositif provincial s’adresse aux entreprises propriétaires ou locataires d’un local commercial de moins de 350 m2 qui exercent une activité commerciale incluant la vente d’alcool et/ou de tabac en province Sud.

Pourquoi les commerces de moins de 350 m2 ?

P.M : Tout simplement parce que cela représente 98 % des commerces qui vendent de l’alcool et du tabac. Cela représente potentiellement 270 entreprises dans Nouméa et le Grand Nouméa parmi lesquelles 200 environ disposent d’une licence de vente d’alcool à emporter de la province.

A quoi auront-ils droit concrètement ?

P.M : L’aide à la sécurisation consiste à la prise en charge par la province de 50% du coût total des dépenses de sécurisation éligibles dans la limite de 2 millions. En clair, notre subvention peut aller jusqu’à 1 million par commerce. Pourquoi 1 million ? Parce que les discussions avec la CCI et les référents sécurité de la police et de la gendarmerie font ressortir que cela est largement suffisant pour protéger les commerces dont on parle. Il s’agit principalement d’équipements en rideaux de fer, portes sécurisées, barreaux aux fenêtres, caméras, alarmes…

Quand ce dispositif débute-t-il et qu’elle est la procédure pour les commerces ?

P.M : Ce dispositif s’appliquera dès le vote, demain, par l’assemblée de la province et durera jusqu’en 2019 avec une date limite des dépôts de demandes fixée au 30 septembre 2019.

Ce dispositif se déroule en trois phases. Premièrement, le commerçant doit déposer une demande d’aide à la DEFE (Direction de l’économie, de la formation et de l’emploi). A la seconde où il a déposé une demande d’aide, il peut démarrer son investissement. Deuxièmement, la DEFE instruit le dossier, avec deux devis comparatifs, et le dossier part  en commission consultative qui comprend un référent sûreté de la  police ou de la gendarmerie. Elle donne ensuite son avis rapidement. Je tiens à préciser, que si au bout d’un mois le commerçant, dont le dossier est validé, ne reçoit pas de réponse, elle est considérée positive. Il faut que ça aille vite ! Troisièmement, l’aide est versée par arrêté en une seule fois.

Est-ce que ce dispositif va plus loin ?

P.M : Bien évidemment. Tout cela arrive au moment où toutes les collectivités conjuguent leurs efforts pour mettre au point des dispositifs de prévention de la délinquance plus complet, plus efficace. C’est le cas de la Nouvelle-Calédonie avec le plan territorial de sécurité et de prévention de la délinquance voté par le Congrès. Ce sont des trains de mesures avec les hausses très significatives des taxes sur l’alcool, des campagnes de sensibilisation contre les méfaits de l’alcool “Tolérance zéro” que l’on voit partout en ce moment, ce sera dans quelques semaines le débat au Congrès d’autres mesures de lutte contre la consommation excessive d’alcool… Côté province le sujet est depuis deux ans travaillé avec le plan de prévention de la délinquance provincial, avec un durcissement du code des débits de boisson, création de structures d’accueil pour les TIG, de nombreuses actions de la province depuis deux ans comme l’interdiction de vente d’alcool à distance, mais aussi un renforcement très significatif des moyens matériels humains de sécurité de l’Etat grâce à l’action de nos parlementaires depuis trois ans à Paris et à chaque comité des signataires.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.