Une politique pour le Parc de la mer de Corail

Une politique pour le Parc de la mer de Corail



A l’issue de son entretien avec le ministre des Affaires étrangères et Sébastien Lecornu, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, Philippe Germain, président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, précisait les quatre axes du projet de Parc de la mer de Corail.

« La Nouvelle-Calédonie a classé la totalité de sa Zone économique exclusive en Parc naturel, avec un plan de gestion pour organiser à la fois la protection de sa biodiversité par rapport aux usages qui sont faits de l’océan, nous sommes moteurs là-dessus, nous sommes en train de travailler sur un projet qui a quatre piliers, c’est, comment développer la recherche, la connaître, se faire connaître à l’échelle internationale.

L’innovation, le deuxième pilier, c’est comment surveiller notre espace maritime pour inventer les nouveaux métiers il faut passer par l’innovation pour travailler le troisième pilier, un développement économique durable, respectueux de l’environnement avec une pêche responsable, ce qui est déjà le cas en Nouvelle-Calédonie, avec une transformation qui aille plus loin que ce que nous faisons aujourd’hui, l’aquaculture, la croisière à gérer, on organisait les états généraux du tourisme à l’Île des Pins la semaine dernière, c’est pour dire comment on peut tirer profit du tourisme sans porter atteinte à notre environnement et à la vie des gens. Il faut aller vers un tourisme d’exception, un tourisme authentique.

Le quatrième pilier de cette politique, c’est bien entendu d’exporter ce modèle de gestion de protection de notre biodiversité auprès de nos voisins pour que petit à petit ce soit toute la mer de Corail qui soit gérée avec de bonnes pratiques à la fois d’usage et de préservation de la pêche. Nous sommes dans une région où il y a une activité de sur-pêche qui n’est pas contrôlée, faute de moyens suffisants et avec des abus, voire de la pêche illégale, on l’a subie nous-même avec les blue boats, mais on sait également que des bateaux de pêche peuvent pendant quelques heures ou quelques jours franchir notre ZEE pour pêcher dans notre région. »

Une autre rencontre sur ce sujet est prévue en début d’après midi.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.