Un « Acte » fort

Un « Acte » fort



En remettant au gouvernement les deux actes de possession de la Nouvelle-Calédonie, Emmanuel Macron a rajouté une pierre à l’édifice de l’histoire du pays. Une cérémonie émouvante annonçant, selon lui, « l’heure du choix »…

Le président de la République a restitué vendredi en fin de journée l’Acte de possession de la Nouvelle-Calédonie, ou plutôt les deux actes, en date du 24 et 29 septembre 1853, au gouvernement de Philippe Germain. Ces documents, historiques, séjourneront désormais au cœur du musée du Centre Tjibaou, et seront visibles par tous.

« Au travers de ce geste, je remets cet acte à l’ensemble des Calédoniens, à l’ensemble des mémoires.»

A cette occasion, la cérémonie de remise de l’acte s’est déroulée sous les yeux de dizaines d’hommes politiques de tout bord, et de journalistes locaux et métropolitains. Un moment fort dans la visite d’Emmanuel Macron, lors duquel le président a prononcé ces mots : « Au travers de ce geste, je remets cet acte à l’ensemble des Calédoniens, à l’ensemble des mémoires. Parfois, pour les uns cet acte a été la fin de tout, pour les autres, cet acte a été le début de tout. C’est un moment. Et ce moment, il a déjà été déposé. Alors en décidant de remettre ici ces deux actes de possession, je voulais signifier une chose. C’est que nous ne sommes plus au temps de la possession, nous sommes au temps des choix et d’une prise de responsabilité collective. C’est complètement différent. La Nouvelle-Calédonie dans le territoire français. Et par un processus que nous avons porté, et que vous avez porté, on a construit quelque chose de magique, cette souveraineté dans la souveraineté, et d’avoir la possibilité d’exprimer un choix le 4 novembre. En remettant ces deux actes ici, je signifie l’inverse d’un désintérêt. Je signifie au contraire, de la part de toute la nation, cette volonté que ce soit le temps du choix. »

Peu avant, sous la pluie, une coutume d’accueil, émouvante avait été menée par les coutumiers, Hilarion Vendegou, grand-chef de l’Île des Pins et ancien sénateur anti-indépendantiste, en tête. Ce dernier avait demandé à Emmanuel Macron : « Monsieur le président, n’ayez pas peur de la coutume, nous n’avons pas peur de la République ».

Remise de l'acte de Possession de la Nouvelle-Calédonie par Emmanuel Macron au gouvernement collégial.

Posted by La Dépêche de Nouvelle-Calédonie on Saturday, May 5, 2018

 

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.