Des sénateurs LR en campagne pour le NON

Des sénateurs LR en campagne pour le NON



Une délégation de sénateurs Les Républicains passent plusieurs jours sur le Caillou à l’invitation de Pierre Frogier. Pour Bruno Retailleau, président du groupe LR au sénat, il ne faut pas « enjamber le référendum », mais faire campagne pour le NON.

Tous les politiques locaux sont unanimes. Depuis le renouvellement à l’Assemblée Nationale, plus grand monde ne « maîtrise » le dossier calédonien à Paris. Pour Pierre Frogier, le Sénat, où Les Républicains sont en position de force, doit jouer de tout son poids dans la campagne du « NON » pour le référendum. Un message relayé et martelé ce matin en conférence de presse par le président du groupe LR au Sénat, Bruno Retailleau, qui menait une délégation composée de Sophie Primas, sénatrice LR et présidente de la commission des affaires économiques, et de Mathieu Darnaud, sénateur LR et membre de la délégation sénatoriale aux Outre-mer. « Je ne suis pas venu pour un coup, a d’emblée prévenu Bruno Retailleau. Nous sommes venus pour étudier deux enjeux importants pour la Nouvelle-Calédonie, l’économie et l’avenir institutionnel ».

Un travail de fond qui dépend d’une date fondamentale, le référendum. Et c’est sur ce point que s’est longuement attardé le président du groupe Les Républicains au Sénat. « Nous avons rendez-vous avec l’histoire. Un référendum d’autodétermination, c’est un événement exceptionnel dans la vie d’une communauté nationale. Et nous sommes venu aussi ici pour porter un message ». Un message clair et sans détour. « La Calédonie, c’est la France. Quand il y a un pépin avec le nickel, qui répond présent ? La communauté nationale dans son ensemble. Croyez-vous sincèrement que demain, une Calédonie indépendante le restera longtemps dans un Pacifique qui est désormais le centre du monde et de toutes les convoitises », a insisté Bruno Retailleau qui voit en une Calédonie isolée, une proie facile et un terreau fertile aux ingérences et à la dépendance.

Sur la même ligne que le Rassemblement-Les Républicains, concentré sur la campagne pour le NON, Bruno Retaillleau a également adressé un message politique aux autres partis politiques locaux : « Il ne faut pas manquer le rendez-vous historique du référendum. Il ne faut pas l’enjamber. Avant de penser à la suite, et notamment aux élections provinciales de 2019, il faut un vote massif en faveur du NON. Je viens porter ce message du premier groupe politique du Sénat car nous souhaitons que le NON l’emporte le plus largement possible ». Pour le sénateur Retailleau, plus l’écart sera grand, plus les choses seront claires pour l’avenir et permettront de se projeter dans l’avenir.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.