Référendum en Nouvelle-Calédonie : « Il faut préparer le OUI » à la souveraineté, estime Paul Néaoutyine

Référendum en Nouvelle-Calédonie : « Il faut préparer le OUI » à la souveraineté, estime Paul Néaoutyine



Ce lundi 2 juillet, le Président de la province Nord de la Nouvelle-Calédonie et leader du parti indépendantiste Palika, Paul Néaoutyine, a été reçu par le Premier ministre Edouard Philippe pour une « rencontre unilatérale (…), sur la préparation de la consultation » qui aura lieu le 4 novembre prochain.

Source : outremers360.com

« Il ne s’agit pas de négociation », assure le leader indépendantiste calédonien, « il s’agit de rencontrer le premier ministre sur la préparation de la consultation ». Pour rappel, les électeurs calédoniens inscrits sur les listes électorales spéciales devront se prononcer le 4 novembre sur l’avenir de l’archipel : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ».

« On se doit de tenir compte des règles applicables pour une consultation d’autodétermination, d’autant que celle-ci est enregistrée à l’ONU », défend Paul Néaoutiyne qui demande que « les électeurs soient suffisamment éclairés de ce qu’il y a avec le OUI et le NON ». « Il s’agit surtout pour nous d’être informé, de s’entendre sur l’information qui va être donnée aux citoyens de la Nouvelle-Calédonie pour ce qui concerne chacune des deux options et notamment l’option OUI », à la pleine souveraineté.

« La plupart des choses qui sont dites portent sur le non » constate Paul Néaoutiyne qui regrette une campagne « déséquilibrée » non pas de la part de l’Etat et de sa représentation locale (Haut-commissariat de la République), mais du côté des partenaires politiques calédoniens, notamment loyalistes. « On déblatère déjà pas mal sur le NON qui va appauvrir. On va chercher des cas qui n’ont rien à voir avec le cas de la Nouvelle-Calédonie », poursuit Paul Néaoutiyne, faisant référence à l’exemple du Vanuatu voisin, souvent mis en avant par la droite loyaliste.

Paul Néaoutiyne souhaite donc une « communication équilibrée à l’endroit des électeurs, pour qu’ils se prononcent. Quelle communication on donne aux électeurs pour savoir ce qui va avec le OUI et avec le NON ? ». Dans la même journée, Paul Néaoutiyne a rencontré la ministre des Outre-mer Annick Girardin. Et en attendant, le dialogue en Nouvelle-Calédonie demeure rompu entre, d’un côté, les indépendantistes et les loyalistes de Calédonie Ensemble, et de l’autre, la droite loyaliste du Rassemblement-LR, du MPC et des Républicains calédoniens, qui ont quitté le groupe « Chemin sur l’Avenir » voulu par le Premier ministre.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.