Lutte contre l’alcoolisme : le Congrès unanime

Lutte contre l’alcoolisme : le Congrès unanime



Ce matin, lors de la première séance de travail de la session administrative, le Congrès a adopté la délibération qui complète le dispositif de lutte contre la consommation excessive d’alcool. Votées à l’unanimité, ces mesures d’ordre réglementaire doivent donner les moyens à la Nouvelle-Calédonie de lutter efficacement contre ce fléau et ces ravages.

Un menu chargé pour la première séance de travail au boulevard Vauban. Réunis en séance publique mercredi 1er août, les élus du Congrès ont planché dès le matin sur les textes dits « alcool ». Axe majeur du plan territorial de prévention de sécurité et de prévention de la délinquance du gouvernement, la lutte contre l’alcoolisme est désormais érigée en « grande cause territoriale ».

Il fallait donc des mesures chocs pour faire changer les mauvaises habitudes, à commencer par une interdiction « faite à toute personne de se trouver en état d’ivresse manifeste dans les lieux publics ». Certains diront que c’était déjà le cas, mais pas tout à fait. Toujours est-il que désormais, le contrevenant encourt une amende de 17 900, qui peut-doublée en cas de récidive, avec possibilité de saisie de l’alcool pour destruction.

Comme ce n’était pas encore le cas, dans la loi, les élus ont voté également l’interdiction de consommation d’alcool dans tous les lieux publics, dans les établissements scolaires et de formation (exception faite des restaurants d’application des établissements de formation), dans les services publics accueillant du public, dans les transports collectifs qu’ils soient terrestre, aériens ou maritimes.

Autre mesure, le gouvernement, dans le cadre de sa compétence de préservation de la santé publique et de protection des mineurs, peut interdire par arrêté la consommation d’alcool « dans des lieux et à des moments qui présentent des risques de consommation excessive » comme lors de grandes manifestations. Il s’agit là « de promouvoir l’exemplarité de conduites saines et responsables, notamment auprès des mineurs, pour changer le regard de la société face aux comportements à risque liés à l’alcool », précise le texte.

Pour toute infraction à ces nouvelles mesures, le contrevenant peut écoper d’une amende administrative de 4 500 francs et voir l’alcool en sa possession détruit.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.