Une question d’éthique pour l’agriculture calédonienne

Une question d’éthique pour l’agriculture calédonienne



Alors que la foire de Bourail s’ouvre à peine, le gouvernement et la chambre d’agriculture viennent de signer un protocole d’engagement pour la mise en place d’un plan Écophyto-NC et d’un plan « Ambition Bio 2019 » comme l’a préconisé récemment l’autorité de la concurrence concernant la filière fruits et légumes.

La foire de Bourail c’est la vitrine de l’agriculture calédonienne. Un lieu de rencontre entre producteurs et consommateurs idéal pour démontrer, malgré les polémiques autour des pesticides, que le monde agricole s’est engagé depuis plusieurs années dans des démarches responsables d’avenir. C’est en ce sens que le gouvernement et la chambre d’agriculture ont souhaité formaliser les démarches déjà engagées, et à venir, en signant, cet après-midi sur le stand de la chambre d’agriculture, un protocole d’engagement. « Adapter notre agriculture aux enjeux de développement durable de notre époque est une responsabilité collective, martèle Nicolas Metzdorf, membre du gouvernement en charge de l’agriculture. La pérennisation et le développement de l’agriculture calédonienne, et donc de la sécurité alimentaire des Calédoniens, suppose l’accélération des démarches de progrès dans le domaine de la protection des végétaux. Celles-ci ne doivent pas être imposées par la seule règlementation, mais par une mise en œuvre concertée, qui garantira leur pleine appropriation par la profession agricole ».

Vers un développement du Bio

Deux démarches complémentaires sont donc lancées. La première, la mise en place d’un plan Écophyto-NC, doit permettre une réduction et une l’amélioration de l’utilisation des produits phytosanitaires. Le gouvernement et la chambre d’agriculture souhaitent, à partir d’objectifs fixés conjointement par la société civile, le monde agricole, la recherche agricole et les collectivités, mettre  en place des actions et des moyens pour accompagner les agriculteurs dans la mise en œuvre « de systèmes de production performants, économes en pesticides et adaptés à la Nouvelle-Calédonie ». La deuxième, le lancement d’un plan « Ambition Bio 2019 », doit permettre au monde agricole de passer un cap dans ce domaine. Car si l’agriculture biologique a commencé à se structurer en Nouvelle-Calédonie en 2007, sous l’impulsion de la CPS qui a développé une norme régionale d’agriculture biologique, mais aussi en 2009, date à laquelle  la Chambre d’agriculture et l’association Arbofruits ont fédéré les acteurs de la filière au sein de Biocaledonia, 10 ans après, cette filière ne décolle pas. Elle ne parvient tout simplement pas à satisfaire les besoins des consommateurs. « La production bio locale dépasse difficilement  100 tonnes en 2017, soit moins de 1 % de la production totale alors qu’en Métropole ou dans les DOM, les conversions sont si nombreuses que les dispositifs d’accompagnement à l’agriculture biologique ont du mal à répondre aux demandes », se désole le membre du gouvernement qui précise que face à ce constat, l’ensemble des acteurs exprime unanimement le besoin d’un plan pour la Nouvelle-Calédonie.

Mise en œuvre en 2019

Pour garantir la mise en place d’une dynamique collective, « clé du succès pour l’élaboration de ces plans », Gérard Pasco, le président de la chambre d’agriculture, et Nicolas Metzdorf, se sont engagés à réaliser dans un premier temps un diagnostic partagé des différentes politiques et actions mises en œuvre en Nouvelle-Calédonie depuis 10 ans dans ces deux domaines. Et ils souhaitent que ce soit fait « dès le début de l’année 2019, et en y associant l’ensemble des acteurs du monde rural et de la société civile ». Dans un deuxième temps, le protocole d’engagement prévoit l’organisation au premier trimestre 2019, de séminaires d’élaboration des plans Écophyto-NC et Ambition Bio 2019. Point de départ pour la construction de plans d’actions adaptés à la Nouvelle Calédonie, « ils rassembleront l’ensemble des acteurs calédoniens en lien avec l’agriculture : les collectivités, la recherche, la formation, les organisations professionnelles agricoles, les représentants de l’aval des filières agricoles, ainsi que les représentants de la société civile et des consommateurs », tiennent à préciser les deux parties.

Le gouvernement et la Chambre d’agriculture se sont également engagés, cet après-midi à Bourail, à construire et valider les plans Écophyto-NC et Ambition Bio 2019 avant la fin du premier semestre 2019 pour une mise en œuvre « au plus vite ».

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.