Forum des îles du Pacifique à Nauru : réchauffement climatique, bourdes diplomatiques et arrestation de journaliste

Forum des îles du Pacifique à Nauru : réchauffement climatique, bourdes diplomatiques et arrestation de journaliste



Le 49ème Forum des îles du Pacifique (FIP) a débuté lundi 3 septembre sur l’île de Nauru. Premier sujet à avoir été abordé : celui de l’environnement et du réchauffement climatique, largement évoqué lors des discours d’ouverture. Mais cette première journée a également été le théâtre de bourdes diplomatiques et de l’arrestation d’une journaliste. Un sujet avec notre partenaire outremers360°

Selon la Présidence de la Polynésie française, la Secrétaire générale du FIP, Meg Taylor, a rappelé, lors de l’ouverture du Forum, « les problèmes rencontrés par les îles du Pacifique face aux changements climatiques » et « les défis et opportunités que peut générer la compétition accrue entre grandes puissances dans la région ». « Si le phénomène est global, ce sont les biens les îles du Pacifique qui sont en première ligne et qui vont affronter les conséquences de ces changements, ont rappelé à plusieurs reprises les représentants d’état tels que Tuvalu ou les îles Marshall », indique encore l’exécutif polynésien. « Les migrations de populations dans de telles conditions pourraient aussi à terme créer des tensions entre états voisins du Pacifique, d’où l’importance d’agir rapidement et en amont ».

Les représentants des États et territoires insulaires du Pacifique ont d’ailleurs profité de la présence secrétaire d’État américain à l’Intérieur, Ryan Zinke, pour « critiquer la décision des États-Unis, prise sous la présidence actuelle, de se retirer de l’Accord de Paris, qui doit permettre de lutter contre les effets des changements climatiques ». « Les enjeux climatiques, qui avaient été évoqués lors de la COP 21 à Paris, figurent toujours en tête de liste des préoccupations régionales et seront de nouveau mis en avant lors de la réunion de la COP 24, à la fin de l’année », ajoute encore la Présidence polynésienne. Pour l’heure, aucune décision n’a été prise sur ce sujet lors de ce Forum, sinon celle de poursuivre la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

« On sait qu’on est dans une zone où il y a de la surpêche. Il y a une vente excessive de licences et de droits de pêche. Il faut retourner vers une pêche plus traditionnelle, plus respectueuse des réserves »

Toujours sur le thème sur réchauffement climatique, et plus précisément sur la protection des milieux marins, le président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, Philippe Germain, a mis en avant l’exemple de l’archipel, qui vient de classer l’ensemble de ses récifs « en zone intégrale », rejoignant ainsi l’aire marine protégée d’1,3 millions de km2, créée il y a quatre ans. « Ça fait de la Nouvelle-Calédonie à ce stade, la plus grande réserve de récifs protégés et il faut encourager nos voisins à en faire d’autant s’agissant de la biodiversité, mais également des ressources », a-t-il déclaré à nos confrères de TNTV. « On sait qu’on est dans une zone où il y a de la surpêche. Il y a une vente excessive de licences et de droits de pêche. Il faut retourner vers une pêche plus traditionnelle, plus respectueuse des réserves », estime-t-il. En marge du sommet, Philippe Germain a notamment rencontré différents partenaires dont  le Vice-ministre des affaires étrangères japonais, Iwao Hori, et le secrétaire à l’Intérieur des Etats-Unis, Ryan Zinke, avec qui ils ont abordé la stratégie de l’axe Indo-Pacique. « Nous sommes également convenus avec le premier ministre des Îles Salomon, Rick Houenipwela, de signer avant la fin d’année un accord de partenariat. C’est une journée fructueuse pour la Nouvelle-Calédonie », a conclu le président du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

« On sait qu’on est dans une zone où il y a de la surpêche. Il y a une vente excessive de licences et de droits de pêche. Il faut retourner vers une pêche plus traditionnelle, plus respectueuse des réserves »

En marge du sommet, Philippe Germain avec le secrétaire à l’intérieur des USA, Ryan Zinke.

La Chine indésirable 

Le premier jour du 49èmeFIP a été le terrain de nombreuses bourdes diplomatique. D’une part, Nauru, pays hôte soutenue par Taïwan, a refusé le visa diplomatique à la délégation chinoise pour finalement lui accorder un visa normal. Le président de Nauru, Baron Waqa, a également refusé que le chef de la délégation chinoise s’exprime, sinon en fin de séance et « s’il reste du temps », relate TNTV. Une attitude qui a provoqué la colère du diplomate qui a finalement quitté son siège. Et l’ambiance entre l’Empire du Milieu et les îles du Pacifique ne devraient pas s’arranger, notamment lorsque l’Australie, membre imminent du FIP souhaitant limiter l’influence chinoise dans la région, va présenter son nouvel avion de surveillance.

Du côté calédonien, le président du gouvernement a eu la « surprise » de voir le drapeau Kanak des luttes indépendantistes affiché sur l’île, aux côtés des 17 autres pays membres du FIP, dont la Polynésie. Pourtant, sur le site du Forum, le drapeau français y apparait bien aux côtés du drapeau Kanak. Le président non-indépendantiste aurait déposé une réclamation. Si officiellement il s’agit d’une erreur de pays hôte, Nauru est cependant connu pour soutenir la cause indépendantiste dans le Pacifique et cette erreur ressemble à un « message subliminal » à quelques mois du référendum d’autodétermination. Concernant la Polynésie française, le président de la Collectivité, Édouard Fritch, a été présenté en tant que Chef d’État, en lieu et place d’Emmanuel Macron.

 

Sur les affiches du Forum qui ornent l’île de Nauru, le drapeau Kanak apparait seul ©Mike Leyral / TNTV

Une journaliste néo-zélandaise arrêtée

Mais au-delà des bourdes diplomatiques, la première journée du Forum a été entachée par l’arrestation d’une journaliste néo-zélandaise alors qu’elle interrogeait un demandeur d’asile issu d’un des camps installés sur Nauru par l’Australie, et qui font débat. « Les autorités nauruanes se sont illustrées par les règles draconiennes qu’elles imposent aux médias », rapporte TNTV. « D’abord en empêchant certains d’entre eux d’être accrédités, et donc de venir à Nauru. Ensuite en limitant les possibilités de reportages au maximum à ceux qui sont venus ». La journaliste arrêtée s’est vue interdire l’accès au Forum ainsi qu’à l’espace réservé aux médias.

Officiellement, les dirigeants des États et territoires du Pacifique se retrouvent pour ce 49ème Forum autour de sujets tels que le réchauffement climatique, la surveillance des ZEE, l’obésité ou encore, le statut de Wallis et Futuna qui doit devenir membre associé au Forum. Mais c’est d’avantage la présence de ces camps, présentés comme des « tâches dans la région » par les ONG, qui retient l’attention de la presse internationale. Pour précision, Nauru étant le pays hôte, c’est son président qui traditionnellement, prend la tête du FIP pour une durée d’un an.

Philippe Germain a retrouvé ses deux drapeaux lors des séances du forum – ©Mike Leyral / TNTV

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.