Laurent Wauquiez « clairement » pour « une Calédonie française »

Laurent Wauquiez « clairement » pour « une Calédonie française »



Arrivé ce week-end en Nouvelle-Calédonie, Laurent Wauquiez, président des Républicains, a exprimé dimanche à Nouméa « sa position claire » pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France. Il déplore qu’Emmanuel Macron « n’ait pas pris position ». Un sujet avec notre partenaire outremers360°

Le patron des Républicains a notamment fustigé la retenue du chef de l’État qui, lors de sa visite, a refusé de prendre parti dans le référendum pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France. « Je suis là pour avoir une parole qui sera claire. Ma position c’est celle d’une Calédonie française, d’une Nouvelle-Calédonie qui choisit sa voie, son chemin, avec son autonomie, mais au cœur de la France », a-t-il déclaré, après avoir entamé son séjour par un dépôt de gerbe à la Croix de Lorraine, monument en hommage au Général de Gaulle. « Pourquoi le président de la République n’a-t-il pas pris une position plus claire ? S’il y avait un référendum sur l’appartenance de la Corse, de la Bretagne, du pays Basque ou de n’importe quelle région française, est-ce qu’on pense qu’un président de la République, qu’un Premier ministre ne se prononceraient pas ? », a-t-il ajouté.

« Je viens en Nouvelle-Calédonie pour comprendre et prendre le temps d’écouter. Le Caillou est un atout extraordinaire pour notre pays. Nous avons un destin commun : la Nouvelle-Calédonie au cœur de la France et la France toujours au cœur de la Nouvelle-Calédonie ».

Laurent Wauquiez faisait allusion au discours prononcé début mai à Nouméa par Emmanuel Macron dans lequel le chef de l’État n’avait pas souhaité « prendre parti dans ce référendum », tout en affirmant que « la France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie ». À l’époque, le député Éric Ciotti, qui accompagne Laurent Wauquiez sur le Caillou, avait considéré ces déclarations comme une « faute majeure », formule que le patron de LR n’a pas reprise. Qualifiant le référendum de « moment historique », Laurent Wauquiez a souhaité « qu’une fois cette page tournée, cela permette de travailler ensemble sur la suite du destin commun » entre non indépendantistes et indépendantistes.

Voir l'image sur Twitter
« N’oublions jamais qu’en Nouvelle-Calédonie, dès 1940, ils ont choisi la France libre. Hommage devant la Croix de Lorraine de Nouméa à tous les Calédoniens tombés pour notre pays »

« On est dans une région où se joue en partie l’avenir du monde. Grâce à la Nouvelle-Calédonie, la France est présente et grâce à la France, la Nouvelle-Calédonie a les moyens d’être protégée face aux pressions de puissance comme la Chine », a-t-il également déclaré avant de déambuler sur le coloré marché de Nouméa. Collier de fleur au cou, le patron de LR a échangé avec quelques commerçants et acheteurs dans une ambiance bon enfant, alors que la campagne pour le référendum, qui pourrait cristalliser les tensions, se déroule pour le moment dans un climat poli et apaisé.

Lors de son séjour en Nouvelle-Calédonie, Laurent Wauquiez, qui entend aussi parler « emploi, délinquance, éducation et écologie », rencontrera les acteurs politiques et économiques avant un débat avec de jeunes calédoniens mardi et une réunion publique mercredi. Sur place, le chef de LR a été a accueilli à l’aéroport par le président du Congrès, Gaël Yanno, puis par l’antenne calédonienne du Rassemblement-LR, mené par le sénateur Pierre Forgier. Il s’est rendu au marché de Nouméa dimanche accompagné notamment de Sonia Backès des Républicains Calédoniens. Laurent Wauquiez quittera Nouméa le 13 septembre.

Avec AFP.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.