TGC : pour Calédonie Ensemble un seul objectif « faire baisser les prix »

TGC : pour Calédonie Ensemble un seul objectif « faire baisser les prix »



Demain matin, deux possibilités s’offrent au gouvernement pour le contrôle des prix lors du passage à la TGC au 1er octobre. Les membres auront le choix entre l’accord de l’intersyndicale Vie Chère/Medef ou le dispositif du gouvernement. Pour Calédonie Ensemble, preuve à l’appui, seule la proposition du gouvernement garantit une baisse significative des prix. Le Medef, lui, a d’ores et déjà appelé ses adhérents à la grève de 8 heures à midi.

C’est la dernière étape de la mise en place de la TGC, une des plus grande réforme économique et fiscale que la Nouvelle-Calédonie ait connu. Et, comme on s’en doutait, elle n’est pas du goût de tous, Medef en tête. Ce dernier a d’ailleurs lancé un appel à la grève demain dans les commerces et les stations-service, mardi de 8 heures à midi, et une manifestation est prévue devant le gouvernement à 9 heures, au moment où les 11 membres étudieront les deux propositions de contrôle des prix. Le président Philippe Germain a en effet fait le choix de proposer les deux textes, celui issu de l’accord entre l’intersyndicale Vie Chère/Medef, et celui du gouvernement.

« Les dispositifs ne concernent que les secteurs de l’alimentaire, de l’hygiène et de l’entretien et des pièces détachées, ceux qui impactent le plus le panier de la ménagère, et aucun autre secteur »

Calédonie Ensemble, qui porte la réforme, a tenu à expliquer sa démarche, ses attentes, mais surtout à prouver que la proposition du gouvernement est la bonne pour faire baisser les prix. « Les partis politiques qui voteront contre le texte du gouvernement devront en assumer les conséquences », a lancé d’emblée Philippe Gomes, le chef de file de Calédonie Ensemble, en conférence de presse cet après-midi. « Nous avons été de longue date opposé à une TGC parce que mal préparée et inflationniste. Si nous portons cette lourde réforme aujourd’hui ce n’est pas pour l’esthétique fiscale, c’est bien pour faire baisser les prix, comme précisé dans tous les textes depuis les accords sur la vie chère de 2012 signés par le Medef et l’intersyndicale », a martelé Philippe Gomès qui ne veut pas se voir attribuer une demi réforme avec une proposition intersyndicale/Medef qui selon lui, n’aurait pas les effets escomptés sur les prix.

« Les opérateurs économiques pourront maintenir les mêmes marges en valeur qu’ils faisaient avant le 1er octobre »

Dans la cacophonie ambiante et avu la lourdeur de ce dossier très technique, il a d’abord tenu a rappelé que les deux dispositifs de contrôle des prix qui encadrent la mise en place de la TGC « ne durent que 12 mois » et « ne concernent que les secteurs de l’alimentaire, de l’hygiène et de l’entretien et des pièces détachées, ceux qui impactent le plus le panier de la ménagère, et aucun autre secteur. Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont pas ou peu concurrentiels puisque « dans chacun d’entre eux deux opérateurs se partage 80% du marché ». Et pour les autres, Calédonie Ensemble dit défendre le principe de la liberté des prix et de la concurrence pour aboutir à une baisse ou au moins une stabilité des prix. « Nous avons abandonné le principe des marges en taux. Nous ne tuons aucune entreprise, contrairement à ce que certains essaient de faire croire, puisque les opérateurs économiques pourront maintenir les mêmes marges en valeur qu’ils faisaient avant le 1er octobre », précise le député qui n’a pas manqué de s’appuyer sur les derniers rapports de l’Autorité de la concurrence pour rappeler que les Calédoniens payaient le panier de la ménagère le plus cher de la République (NDLR 89 % plus cher que la Métropole en 2010, 108 % aujourd’hui).

« Le panier de la ménagère dans les grandes surfaces baisserait de 2% avec le dispositif de l’intersyndicale/Medef et de 11% avec celui du gouvernement »

Et pour soutenir le dispositif proposé par le gouvernement, il a préféré comparer, chiffres à l’appui, les effets sur les prix des deux dispositifs « étudiés par les services de la DAE (direction des affaires économiques) du gouvernement ». Et pour Calédonie Ensemble, « il n’y a pas photo ». Sur les tableaux présentés par le député, l’accord de l’intersyndicale/Medef conduirait à une baisse de 3% sur l’alimentaire, une hausse de 5% sur les produits d’entretien et d’hygiène et une hausse comprise entre 10 et 15% sur les pièces détachées. Le dispositif du gouvernement aboutirait à une baisse de 10% dans l’alimentaire, une baisse de 20% sur les produits d’entretien et d’hygiène tout comme sur les pièces détachées. « Le panier de la ménagère dans les grandes surfaces baisserait de 2% avec le dispositif de l’intersyndicale/Medef et de 11% avec celui du gouvernement », a détaillé Philippe Gomès.

Une simulation de panier moyen qui annonce même une baisse de 13% dans les surfaces de moins de 300 m2, selon Calédonie Ensemble, qui précise bien, sûrement pour éclairer les grévistes, que les commerces spécialisés distribuant aussi de l’alimentaire et des produits d’hygiène ou d’entretien (comme les stations-services, salon de thé, magasin spécialisé en vente de café, épicerie fine, coiffeurs, esthéticiennes, boulangeries, pharmacies et parapharmacies, etc…) ne sont pas concernés par le dispositif de contrôle des prix.

Retrouvez deux simulations de la DAE présentées par Calédonie Ensemble et qui seront exposées demain au gouvernement.
La Direction des affaires économiques explique que le panier de produits servant aux simulations d’impact de la TGC a été déterminé à partir des statistiques de ventes des principales dans les enseignes de plus de 350 m2 et en lien avec l’enquête de consommation des ménages de l’ISEE. Il contient 31 produits alimentaires de première nécessité ou de grande consommation ainsi que 11 produits d’hygiène et d’entretien de la maison, disponibles sur tout le territoire de la Nouvelle-Calédonie.
Afin d’assurer une meilleure représentativité de ces postes, la valeur de ce panier a été pondérée à hauteur de 86% pour les produits alimentaires et 14% pour les produits d’hygiène, conformément aux ratios établis par l’ISEE pour l’indice des prix à la consommation.
TABLEAUX COMPARATIF DE SIMULATION DES PRIX
 ACCORD INTERSYNDICALE/ MEDEF vs. DISPOSITIF GOUVERNEMENT
ANNEXE 1 : SURFACES DE PLUS DE 300 M2

 

TABLEAUX COMPARATIF DE SIMULATION DES PRIX
 ACCORD INTERSYNDICALE/ MEDEF vs. DISPOSITIF GOUVERNEMENT
ANNEXE 1 : SURFACES DE PLUS DE 300 M2

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.