Intoxications alimentaires dans les cantines : les investigations continuent chez Newrest

Intoxications alimentaires dans les cantines : les investigations continuent chez Newrest



Depuis le 26 septembre, date à laquelle le gouvernement, la province Sud et la ville de Nouméa ont décidé d’imposer à l’entreprise Newrest la fermeture de ses locaux, les analyses approfondies se poursuivent. Après les désinfections au sein de la société, des prélèvements ont été envoyés en Métropole « pour une large recherche de tout élément toxicologique », annonce le gouvernement.

Pour tenter « d’expliquer les épisodes à répétition des toxi-infections alimentaires collectives » dans les cantines scolaires du Grand Nouméa, les services du gouvernement sont à pieds d’œuvre au sein de l’entreprise de restauration collective, Newrest. Si les institutions ont décidé de prendre le taureau par les cornes, il faudra encore attendre avant d’en savoir plus.

Le gouvernement précise qu’après avoir décidé, avec la province Sud et la ville de Nouméa, d’imposer à l’entreprise Newrest la fermeture de ses locaux pour une opération de nettoyage et de désinfection approfondie de ses cuisines, le 26 septembre, une première opération a eu lieu les 29 et 30 septembre, sous le contrôle du service d’Inspection vétérinaire, alimentaire et phytosanitaire (Sivap) de la Davar (direction des Affaires vétérinaires, alimentaires et rurales). « Des prélèvements ont été effectués par le Sivap lundi 1er octobre pour en évaluer l’efficacité, détaille le gouvernement. Les résultats confirment la qualité des opérations menées. Néanmoins, une faible présence de bactéries a encore été constatée. Une désinfection complémentaire a donc été demandée avant d’autoriser la reprise de l’activité Newrest, à l’exception de la restauration à destination des scolaires ».

« Il est également nécessaire de porter les efforts sur la piste toxicologique, notamment dans la recherche de produits toxiques, métaux lourds, produits vomitifs, etc. »

Les collectivités concernées ont donc décidé qu’en parallèle, bien que la piste bactérienne (recherche de staphylocoques et de bacillus cereus) ne soit pas abandonnée, « Il est également nécessaire de porter les efforts sur la piste toxicologique, notamment dans la recherche de produits toxiques, métaux lourds, produits vomitifs, etc ». Du côté de la rue des Artifices, au gouvernement, on précise que « des prélèvements ont été envoyés en Métropole pour une large recherche de tout élément toxicologique susceptible d’expliquer ses épisodes à répétition » et qu’il convient désormais « d’attendre les résultats de ces investigations ».

Pour rappel (lire notre édition d’hier), le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, après échanges entre les collectivités et la société Newrest a annoncé hier que, « par principe de précaution », la fourniture des repas par la société Newrest aux cantines scolaires des quatre communes est suspendue jusqu’aux prochaines petites vacances scolaires. Un temps qui sera mis à profit pour poursuivre l’ensemble des investigations sur toute la chaîne de préparation et de livraison des repas. « Un plan de maîtrise sanitaire permettant de cerner et de traiter tous les risques liés à cette activité est en cours. Il devrait être opérationnel à la rentrée scolaire de fin octobre », tient à préciser le gouvernement.

« Un expert indépendant pour réaliser, en toute objectivité et de façon complémentaire, un diagnostic en vue de proposer toutes les préconisations utiles »

Cependant Newrest et le gouvernement ont décidé d’aller plus loin pour compléter les investigations sanitaires en mandatant « un expert indépendant pour réaliser, en toute objectivité et de façon complémentaire, un diagnostic en vue de proposer toutes les préconisations utiles ». Pour exécuter dans de bonnes conditions ce plan d’actions, l’ensemble des collectivités a donc décidé de suspendre la fourniture des repas par la société Newrest, mais de laisser jusqu’aux prochaines vacances scolaires, les cantines municipales ouvertes pour l’accueil des enfants. Les institutions invitent les parents, dans la mesure de leurs possibilités, à venir reprendre leurs enfants pendant la pause déjeuner et les ramener à l’école avant la reprise des cours. A défaut, les parents sont autorisés à apporter, à l’heure du déjeuner, un repas qui sera consommé sous la surveillance du personnel des cantines. Pour tous les enfants qui resteraient sans avoir de déjeuner, les cantines offriront une collation froide à partir de 11 h 45.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.