Vers la fin des salades à plus de 1 000 francs ?

Vers la fin des salades à plus de 1 000 francs ?



Le gouvernement vient de modifier la réglementation des prix des fruits et légumes locaux ou importés pour une durée de douze mois, à l’exclusion des produits issus de l’agriculture biologique. Une manière de lutter contre la vie chère, notamment en période chaude où les prix flambent généralement sur les étals avec des salades allant jusqu’à 1 500 francs/kg

Fini les légumes hors de prix ? C’est en tout cas ce qu’a annoncé hier le gouvernement, par la voix de son porte-parole Nicolas Metzdorf, également en charge de l’agriculture. Après certains ajustements sur la TGC et la réglementation de prix, le gouvernement a donc décidé en séance hebdomadaire de plafonner les marges et les prix de huit fruits et légumes dont les prix flambent lors de la saison chaude. « Le coefficient d’encadrement des marges commerciales passe de 2 à 1,82, soit une baisse d’environ 9 % des marges maximales actuellement autorisées, a expliqué Nicolas Metzdorf, lors du point presse du gouvernement. Parallèlement, les prix de vente des producteurs pour la prochaine saison chaude seront encadrés pour 6 mois, du 1er décembre 2018 au 31 mai 2019 ».

Rappel sur la réglementation actuelle

Le prix des fruits et légumes locaux est actuellement encadré par la délibération modifiée n° 240 du 1er  août 2001, hormis les pommes de terre commercialisées par l’OCEF. Les producteurs sont soumis au régime de liberté des prix, la marge des grossistes et détaillants est limitée (coefficient 2 maximum, quel que soit le nombre d’intermédiaires). L’arrêté n° 2006-5357/GNC du 27 décembre 2006 est venu plafonner l’application de ce coefficient multiplicateur à 300 F/kg pour les salades et les tomates, 150 F/kg pour les courgettes, choux, carottes, citrons et limes, et 100 F/kg pour les oignons et les concombres. Les fruits et légumes frais importés sont, quant à eux, placés sous le régime de la liberté des prix.

Selon les estimations du gouvernement, le prix de vente au détail des salades ne pourra désormais être supérieur, en saison chaude, à 850 francs/kg. Le prix d’achat au producteur ne pourra pas être inférieur à 200 francs/kg.

Maîtriser les prix en saison chaude

« Lors de la saison chaude qui s’étale de décembre à mars, les fruits et légumes rencontrent des hausses de prix trop importantes, précise le gouvernement. Une situation s’explique par des rendements locaux trop faibles, qui obligent les producteurs à répercuter leurs coûts de production en forte hausse, des pénuries, dues à des mauvaises estimations de la production locale, des aléas climatiques importants ». Afin de remédier à cette situation, le gouvernement a pris hier plusieurs mesures dont la diminution du coefficient des marges actuellement encadrées sur les produits locaux en passant de 2 à 1,82 (décomposé en une marge commerciale résultant d’un coefficient multiplicateur de 1,35 au prix d’achat net producteur, puis d’une marge commerciale maximale résultant d’un coefficient multiplicateur de 1,35 au prix d’achat net grossiste). Lorsque le commerçant détaillant s’approvisionne directement auprès du producteur, le prix de vente maximum au détail s’obtient par application d’une marge commerciale maximale de 1,5 sur le prix d’achat net producteur.

Marge limitée pour les produits importés

Le gouvernement a également décidé d’étendre aux produits importés, donc aux importateurs la limitation de la marge en valeur absolue sur les produits qui subissent régulièrement des hausses de prix. Ainsi, la marge maximale sur les salades et les tomates ne pourra excéder 300 F/kg, 150 F/kg pour les courgettes vertes, choux verts, carottes, citrons et limes, et 100 F/kg pour les oignons et les concombres verts.
Enfin, le gouvernement a décidé de fixer des prix minimum et maximum aux producteurs sur la base des prix relevés au marché de gros entre 2013 et 2017 pour 6 mois, du 1er décembre 2018 au 31 mai 2019 uniquement.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.