Une trêve référendaire pour la grève des pompiers

Une trêve référendaire pour la grève des pompiers



Après quatre jours, les pompiers grévistes ont été reçus hier après-midi par le président et le vice-président du gouvernement. Ils ont accepté leur proposition d’interrompre le mouvement en cette période référendaire avant qu’il ne s’enlise pour se retrouver avant fin novembre pour une réunion de concertation.

Pas de négociation, mais une discussion. C’est ce qu’ont proposé, hier après-midi, Philippe Germain Président du gouvernement, et Jean-Louis D’Anglebermes, vice-président, parce que « le calme est revenu devant le gouvernement ». Alors qu’aucune des parties ne souhaitaient lâcher du terrain depuis mardi, début du mouvement lancé par trois syndicats de pompiers sur cinq, une réunion s’est finalement tenue aux environ de 15 heures.

« Proposer une interruption du mouvement dans la perspective de l’organisation d’une réunion regroupant le gouvernement, l’association des maires, les organisations syndicales »

Mais le gouvernement a tenu à en préciser la teneur de la réunion dans un communiqué. S’il considère « qu’il n’est pas souhaitable que le conflit en cours au sujet de la professionnalisation des sapeurs-pompiers volontaires s’enlise à quelques jours du référendum du 4 novembre prochain », il précise que cette rencontre n’avait « pas pour objet de reprendre les négociations, mais de proposer une interruption du mouvement dans la perspective de l’organisation d’une réunion regroupant le gouvernement, l’association des maires, les organisations syndicales ». Une sorte de trêve référendaire pour l’exécutif qui « appelle chacun à la responsabilité » en cette période pré-référendaire  « particulièrement importante pour le pays ».

« La rencontre s’est conclue par l’interruption du mouvement, les parties prenantes ayant décidé de l’organisation d’une réunion de concertation, après le référendum et avant fin novembre »

Rendez-vous fin novembre

Après une heure de discussions, la délégation reçue a finalement accepté la proposition du gouvernement. Ce dernier explique que « cette rencontre s’est conclue par l’interruption du mouvement, les parties prenantes ayant décidé de l’organisation d’une réunion de concertation, après le référendum et avant fin novembre », « dans le calme et dans la sérénité », précise Philippe Germain. Rapidement les pompiers grévistes ont annoncé que devant « ce signe de respect de l’exécutif », le dialogue social avait repris et que, par conséquent, « la grève est suspendue ». Ils ont également annoncé qu’ils allaient prévenir leurs soutiens pour suspendre le mouvement, notamment les pompiers de l’aéroport de Tontouta, qui ont annoncé le dépôt d’un préavis de grève ce vendredi, et CSTC-FO et Solidarité-NC, qui appellent à la grève générale illimitée à partir de mercredi.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.