Le gouvernement détaille les 55,5 milliards de la commande publique 2019 pour le BTP

Le gouvernement détaille les 55,5 milliards de la commande publique 2019 pour le BTP



Pour répondre aux inquiétudes du BTP sur le manque de visibilité, le gouvernement a présenté, hier, « très précisément », le montant de la commande publique et parapublique pour 2019. 55,5 milliards de travaux sont programmés et seront engagés « sans compter les commandes des communes du Grand Nouméa et le privé ».

Le BTP en Nouvelle-Calédonie c’est 900 entreprises, 6 800 salariés et 7 000 travailleurs indépendants. « C’est un élément fort de l’économie calédonienne, pourvoyeur d’emplois et acteur du développement », tient à préciser Philippe Germain, le président du gouvernement, à la vielle de la mobilisation prévue par le secteur. Mais après des années fastes et les grands chantiers liés à la construction de deux usines de classes mondiales, l’atterrissage est difficile. « Ce ralentissement suscite l’inquiétude des professionnels, ils l’ont exprimé par une lettre ouverte aux élus de la Nouvelle-Calédonie en dressant un tableau alarmant de la situation. Ils contestent les projections du gouvernement en matière de construction de logements sociaux », explique Philippe Germain qui a souhaité réactiver la  cellule BTP pour leur apporter des réponses très précises sur la commande publique et parapublique.

« Avoir une vision éclairée et objective du carnet de commandes ».

Cette fameuse cellule, qui réunit la fédération calédonienne du BTP, l’ordre des architectes, les agences immobilières, les bailleurs sociaux, les services du gouvernement et de la province s’est réunie à plusieurs reprises depuis octobre. « Le but est d’avoir une vision éclairée et objective du carnet de commandes, explique le président aux côtés de responsables de la SIC, du FSH et de la SEM Agglo. Parallèlement, et pour activer ce carnet de commandes, un plan d’actions a été rapidement mis au point et adopté par les élus du Congrès ».

Une commande publique et parapublique d’au moins 55,5 milliards

En examinant les travaux mis en œuvre en 2019, mais aussi précisément l’Etat d’avancement de chacun des projets « il en ressort que le montant de la commande publique et parapublique s’établit à minima à 55,5 milliards (retrouvez le détail des chantiers en fin d’article), sans prendre en compte les investissements des communes du Grand Nouméa », précise Philippe Germain, appuyé dans ces propos par les bailleurs sociaux qui annoncent clairement représenter 50 % de cette commande avec 28 milliards de travaux avec 770 logements livrés et 1 360 nouveaux chantiers de constructions de logement qui vont débuter en 2019.

« Au total c’est une commande publique, parapublique et privé de près de 80 milliards que liste le gouvernement et qui permet au BTP de voir plus loin ».

A cela s’ajoute également la commande privée. « Nous avons entendu l’inquiétude du secteur et travaillé sur plusieurs mesures, que le Congrès a adopté le 29 novembre et le 3 décembre, qui visent inciter les Calédoniens à faire l’acquisition d’un logement neuf », explique Philippe Germain. Baisse de 3,5 % des droits d’enregistrement, réorientation du prêt à taux zéro vers la construction de logements neufs dans le Grand Nouméa, augmentation du plafond de déductibilité des intérêts d’emprunt de 500 000 à 1 millions de francs, prolongation de l’exonération des revenus locatifs pour trois ans de plus… Des mesures très incitatives qui doivent, selon le gouvernement, conduire à une relance du BTP dans le logement privé. La seule mesure du prêt à taux zéro serait susceptible de générer une demande de 250 logements neufs en 2019 équivalente à 7 milliards de travaux. « Il faut également compter les deux projets majeurs qui nous avons défendu avec les députés pour la défiscalisation locale et nationale. Il s’agit de L’hôtel Hilton de Lifou (NDLR : la pose de la première pierre a lieu aujourd’hui) représente à lui seul 3,4 milliards et le complexe cinématographique MK2 de Dumbéa 2,5 milliards », ajoute Philippe Germain. Mais il y en a d’autres dans le privé qui vont enfin démarrer en 2019 comme la marina de Nouré (9 milliards), les deux hypermarchés Ballande (8 milliards), le Carré Rolland au centre-ville (12 milliards).

Au total c’est une commande publique, parapublique et privé de près de 80 milliards que liste le gouvernement et qui permet au BTP de voir plus loin que les 20 milliards souvent avancés par les professionnels.

Chantier Néobus

Le détail des commandes annoncées par le gouvernement 

50 % de la commande publique et parapublique est portée par les projets des collectivités, au nombre desquels on peut citer, pour le compte du gouvernement, de ses établissements publics et de l’État :
– la fin de chantier du Néobus : 5 milliards de francs en 2019.
la poursuite de la mise aux normes de la route le long de l’aérodrome de Magenta : sur un chantier de 600 millions de francs, 300 millions de francs restent à engager en 2019 ;
l’extension du Musée de Nouvelle-Calédonie pour un coût de 2 milliards de francs, dont 400 millions de francs en 2019 ;
le marché de l’aérogare de Koné sera engagé en 2019 pour un montant total estimé à 1 milliard de francs ;
le marché de l’aérogare de Lifou qui représente un marché global de 1,5 milliard de francs démarrera en 2019 avec une enveloppe d’ores et déjà affectée de 860 millions de francs ;
l’aménagement des locaux du gouvernement au Plexus à Ducos : ce marché de 380 millions de francs sera intégralement financé en 2019 ;
la rénovation de la Bibliothèque Bernheim pour 1,2 milliard de francs ;
le lancement du chantier du Pont de la Dumbéa pour 1,3 milliard de francs de travaux dont 300 millions de francs en 2019 ;
le chantier de la cuisine centrale du Lycée Petro Attiti : sur un marché de 380 millions de francs, 300 millions de francs seront engagés en 2019 ;
le centre de détention de Koné : sur un marché de 4 milliards de francs, 900 millions de francs seront engagés en 2019 ;
la rénovation des locaux de la direction des achats du patrimoine et des moyens du gouvernement (DAPM) pour 600 millions de francs en 2019 ;
la voie de contournement de la piste de l’aérodrome de Koné pour 600 millions de francs en 2019 ;
la construction de locaux au Lycée Escoffier pour un total de 850 millions de francs ;
l’école de police de Normandie pour 350 millions de francs ;
la construction des nouvelles agences OPT de la ZAC PANDA et de Koné pour un total de 1,2 milliard de francs ;
la construction du poste 8 au Port Autonome pour 1,3 milliard de francs en 2019 et 1,4 milliards de francs en 2020 ;
le Terminal Croisière de la gare Maritime pour 1 milliard de francs en 2019 ;

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.