Liste référendaire : le haussariat met les choses au clair

Liste référendaire : le haussariat met les choses au clair



Vu le nombre d’informations qui circulent ces derniers jours concernant les chiffres de la composition de la liste spéciale pour le référendum, le haussariat a tenu ce midi à mettre les choses au clair. Il revient notamment sur le nombre d’électeurs de statut civil coutumier et sur celui des Calédoniens d’origine kanak en âge de voter.  

La campagne pour le référendum est belle et bien lancée. Et comme dans toutes les campagnes, il y a beaucoup d’informations qui circulent, dont certaines sont inexactes. Pour éviter toutes confusions le haussariat a tenu ce midi à remettre les pendules à l’heure suite à des déclarations dans la presse concernant le nombre d’électeurs sur la liste référendaire, mais aussi leur statut et leur origine.

Le haussariat annonce ainsi que 174 154 électeurs sont inscrits sur la liste référendaire et précise que « ce nombre est le résultat des travaux entrepris par l’Etat en 2018, avec l’appui de l’ISEE et des services de la Nouvelle-Calédonie, pour parvenir à une liste inclusive et exhaustive ». Une méthode que l’Etat explique avoir partagé en continu avec les groupes politiques calédoniens et « en toute transparence ». Et il ajoute qu’il « a pris l’engagement que toutes les personnes qui, d’ici le 4 novembre 2018, estimeraient remplir les conditions pour être inscrits pourront voir leur situation examinée, afin de n’oublier personne ».

« 92 000 kanak en âge de voter est une erreur puisque son auteur a comptabilisé dans son calcul les personnes âgées de 10 à 17 ans, qui ne sont pas en âge de voter »

Mais c’est surtout les déclarations sur l’origine et le statut, civil ou coutumier, qui ont fait l’objet d’un recadrage en règle par le haussariat. A commencer par le nombre d’électeurs de statut civil coutumier inscrits sur la liste spéciale. Si 80 120 électeurs ont été annoncés, le haussariat précise que ce nombre inclut les personnes qui, aujourd’hui, ont le statut civil coutumier et celles qui ont eu le statut civil coutumier dans le passé, mais qui ont opté depuis pour le statut civil de droit commun. Pour l’Etat, Cela représente 46% du corps électoral pour la consultation du 4 novembre. Et pour ce qui concerne le nombre de kanak en âge de voter, le chiffre annoncé, 92 000, est une erreur puisque son auteur aurait reconnu qu’il avait comptabilisé dans son calcul les personnes âgées de 10 à 17 ans, qui ne sont pas en âge de voter.

Et pour ce qui concerne la part de la population d’origine mélanésienne dans la liste référendaire, le haussariat réfute le chiffre de 63 % annoncé. Pour l’Etat, ce pourcentage ne concernerait que les seuls inscrits d’office et pas l’ensemble de la liste, et il serait faux. Le haussariat annonce « 11 222 électeurs inscrits d’office lors de la révision complémentaire et sur ce nombre, 5 246 ont le statut coutumier, ce qui représente 47% des inscrits d’office ».

Des centenaires à la pelle

Alors qu’il a été annoncé que 29 000 personnes de statut coutumier majeures ne seraient pas inscrites, l’Etat explique que ce chiffre est erroné puisque « les données statistiques extraites du fichier de l’état-civil coutumier tenu par la DGRAC font apparaître qu’il y aurait 106 858 personnes majeures non décédées ». Pour l’Etat cela représente « un écart de 26 738 avec les 80 120 personnes de statut civil coutumier inscrites ». Mais il précise toutefois que « sur ces 106 858, on compte 12 335 personnes de plus de 90 ans ». Selon les services, ce chiffre est « invraisemblable » puisqu’au recensement de 2014, la Nouvelle-Calédonie ne comptait que 557 personnes de plus de 90 ans, et cela, toutes communautés confondues et tous statuts civils confondus. Autre point et non des moindres, sur ces 106 858, le haussariat explique qu’on compte 9 901 centenaires (9,26 % du total) et tient à préciser que là aussi que « c’est invraisemblable puisque pour 65 millions d’habitants, la population française compte  seulement 16 255 centenaires (0,020 % du total) ». Il en conclu donc qu’un nombre important de décès concernant toutes les tranches d’âge n’ont pas été répertoriés.

Et si pour expliquer ces différences de vue certains groupes politiques invoquent « un différentiel » entre les fichiers des services de la Nouvelle-Calédonie établis à partir des données de l’Etat civil coutumier et les fichiers de l’ISEE qui servent à établir la liste des personnes à inscrire, pour l’Etat « cette allégation ne résiste pas aux faits ». Le cabinet du haut-commissaire précise que « l’ISEE a préparé toutes les inscriptions d’office intervenues en 2018 sur la base (…) d’un fichier des majeurs vivants de statut civil coutumier qui lui a été transmis en février 2018 par les services de la Nouvelle-Calédonie » et que « ce fichier transmis en février 2018 ne comportait alors que 89 825 personnes, et comprenait d’ailleurs encore des personnes décédées ». Le cabinet du haut-commissaire s’étonne un brin ironique que ce chiffre passe en quelques mois de 89 825 à 106 858 personnes.

Ajouter un commentaire

L'addresse électronque est déjà enregistrée sur le site. S'il vous plaît, veuillez utiliser Le formulaire de connexion ou veuillez saisir un autre.

Vous avez saisi un nom d'utilisateur ou mot de passe incorrects

Nous sommes désolés, vous devez être connecté pour faire un commentaire.